Dune -- Votre note ?


Dune

Denis Villeneuve
mercredi 22 septembre 2021
par Didier GIRAUD
popularité : 4%

L’épice est une drogue rarissime qu’on ne trouve que sur une seule planète : Arrakis, surnommée Dune parce qu’elle est recouverte d’un désert de sable. Elle seule permet aux navigateurs de la Guilde de parcourir l’espace et de relier les planètes de l’Empire entre elles. Mais alors que la récolte de l’Epice était réalisée par la Maison Harkonnen depuis plusieurs décennies, l’Empereur Shaddam IV décide de la confier à sa grande rivale, la Maison Atréides. Le Duc Leto Atréides, sa concubine Jessica et son fils Paul quittent donc leur planète Caladan pour Arrakis. Le Duc est bien conscient qu’il s’agit d’un piège tendu par Shaddam, qui s’inquiète de son influence grandissante, mais il n’a pas le choix. Et lorsque le piège se referme sur eux, Paul et Jessica se retrouvent les seuls survivants de leur maison, perdus dans le désert. Mais ce que l’empereur ignore, c’est que Paul est considéré par le peuple du désert, les fremen, comme le Messie venu les libérer de l’oppression…

Concernant l’œuvre la plus célèbre et la plus culte de l’histoire de la Science-Fiction, déjà adaptée une fois en 1984 avec le film de David Lynch puis une seconde fois avec une mini-série, on ne va pas parler de spoilers… La question n’est pas vraiment de savoir comment finit le film, qui meurt ou ne meurt pas ! La question est de savoir si le film de Denis Villeneuve rend justice à l’extraordinaire roman de Frank Herbert, ou pas… s’il est à la hauteur de la vision de l’auteur, ou pas.

JPEG - 23.7 ko

La mini-série, en 3 épisodes de 90 minutes, s’était avérée bien plus fidèle au roman que le film de David Lynch, esthétiquement réussi mais qui avait du faire l’impasse sur beaucoup trop d’éléments importants du roman, et prendre ses raccourcis pour le faire tenir sur 2h17, ce qui était pourtant beaucoup à l’époque ! En 2h35, Denis Villeneuve nous livre une première partie, sans trop savoir s’il y aura une deuxième partie… surtout en pleine période de crise sanitaire, où les entrées sont à la fois limitées par les règles en vigueur (jauges dans les cinémas, pass sanitaire) et par la peur de certains spectateurs potentiels. Mais au vu du résultat de cette première partie, il serait surprenant que le réalisateur ne puisse pas aller jusqu’au bout de son œuvre !

JPEG - 54 ko

Inutile de tourner autour du pot et de faire durer le suspense : le dune de Denis Villeneuve, c’est tout simplement celui qu’attendaient depuis des dizaines d’années les fans du roman de Frank Herbert, ni plus ni moins. Mais c’est néanmoins énorme. David Lynch, réalisateur très talentueux, avait fait de son mieux avec les moyens et les contraintes de l’époque, avec un film qui est parvenu à séduire un public très large, même parmi celles et ceux qui n’avaient pas lu le roman, ce qui était déjà un résultat plus qu’honorable avec notamment quelques effets spéciaux et une bande originale qui sont restés dans bon nombre de mémoires. Et même si certains regretteront à tout jamais que le Dune imaginé par Jodorowsky n’ait jamais vu le jour (et on ne peut que vous recommander de voir le documentaire à ce sujet), on peut parier que celui de Denis Villeneuve fera office de référence pour quelques dizaines d’années…

JPEG - 30 ko

Cela commence par le casting. Car les héros de Dune ne sont pas de simples personnages : ce sont des mythes ! En particulier Paul, Jessica et Leto. Et là, c’est mieux que tout ce qu’on pouvait imaginer avec trois acteurs certes déjà confirmés, mais qui collent parfaitement à leurs personnages. Talent d’acteurs ou talent de direction d’acteurs du réalisateur ? Peu importe, seul le résultat compte et le Paul Atréides campé par Timothée Chalamet (déjà vu dans Interstellar) est 10 fois plus crédible que ses deux prédécesseurs. Il en va de même de Jessica, avec une Rebecca Ferguson, qui s’était déjà avérée excellente dans Doctor Sleep (vue notamment dans Men In Black : International et Life : Origine Inconnue, ainsi que dans Reminiscence). Et la bonne surprise vient de Oscar Isaac, bien loin avec ce rôle du Duc Leto de son emploi de tête brulée dans la dernière trilogie Star Wars (même si on l’avait déjà vu dans des rôles plus sérieux, comme dans Ex Machina ou Annihilation).

JPEG - 55.4 ko

Quant aux second rôles, particulièrement importants dans Dune (et escamotés dans la version de 1984), ils sont parfaitement interprétés par Jason Momoa (Duncan Idaho), Josh Brolin (Gurney Halleck), David Bautista (excellent dans le rôle de Rabban, comme il l’était dans celui de Drax dans Les Gardiens de la Galaxie), Javier Bardem (Stilgar) … et on attendra la suite pour porter un jugement sur les prestations de Zendaya (Chani) et de Stellan Skarsgard (le baron Harkonnen). Car ce dernier, contrairement à la version de David Lynch, est assez peu présent à l’écran dans cette première partie. Toujours aussi outrageusement obèse, il semble avoir perdu son caractère à la fois homosexuel et pervers (ce qui est sans doute une concession au politiquement correct, car un personnage alimentant à la fois l’homophobie et la grossophobie aurait sans doute soulevé quelques critiques) ! Mais il n’en reste pas moins antipathique. Et dans la même veine, on découvre un Liet Kynes interprété par une femme noire, sans doute pour une question de quotas hollywoodiens… Mais cela n’a guère d’importance, il faut bien l’avouer. Et pour l’anecdote, on retrouve dans le rôle (court, mais important) de la Révérende Mère Gaïus Helen Mohiam Charlotte Rampling, qui avait été pressentie à l’époque du projet de Jodorowsky pour interpréter Jessica (mais malheureusement pour elle, du temps a passé depuis) !

JPEG - 22.5 ko

La bande originale (signée du groupe Toto) avait été une des grandes réussites du film de 1984... mais là encore, le film de Denis Villeneuve le surpasse grâce à celui qui est sans doute le plus grand compositeur de musiques de film du moment, Hans Zimmer. Le temps nous dira si les thèmes musicaux de Dune resteront ou pas dans les mémoires comme ceux composés par John Williams pour Star Wars, mais ce n’est pas impossible si Dune s’installe durablement comme une franchise majeure de la SF.

Quant à la réalisation... on ne va pas revenir sur le talent de Denis Villeneuve, qui en avait déjà fait la preuve avec l’excellent Premier Contact et Blade Runner 2049. Mais il est clair qu’il a fait les bons choix, par exemple en privilégiant les prises de vues dans des décors naturels, notamment en Jordanie et aux Emirats Arabes Unis, qui confèrent à son film un réalisme indéniable. Et pour un blockbuster aussi long et aux effets spéciaux somptueux (ah, les ornithoptères en forme de libellules d’acier, tellement conformes à ce que les lecteurs du roman avaient pu imaginer !), le budget est resté étonnamment raisonnable, avec 165 millions de dollars "seulement".

JPEG - 17.9 ko

Il ne fait guère de doutes que le réalisateur pourra achever son oeuvre et nous livrer prochainement une deuxième partie que les fans sont déjà impatients de découvrir, et il ne fait guère de doutes qu’elle sera tout aussi réussie.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette deuxième partie ne sera que le début d’une franchise particulièrement riche et que les autres romans de la saga (qu’il s’agisse de ceux écrits par Frank Herbert lui-même, ou ceux écrits après sa mort par son fils Brian et Kevin J. Anderson) seront eux aussi adaptés. Il y a des raisons d’espérer, puisqu’il est déjà question d’une série qui serait consacrée à l’Ordre Bene Gesserit !

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


P.S. : le choix des photos, qui mettent en valeur les actrices et acteurs principaux du film plutôt que des scènes spectaculaires riches en effets spéciaux, est tout à fait délibéré, tout simplement parce qu’ils le méritent et que ce sont eux qui font de ce film un chef d’oeuvre ... mais soyez rassuré(e), Dune ne manque pas de scènes d’actions mémorables !

P.S. 2 : s’il fallait vraiment trouver de quoi critiquer le film, il faudrait entrer dans les détails et regretter, par exemple, que les spécificités des mentats (et des médecins Suk aussi, d’ailleurs) n’aient pas été explicités clairement. Il en va de même des interactions lasers / boucliers, ce qui permettrait aux spectateurs n’ayant pas lu le roman de comprendre pourquoi, avec la technologie dont ils disposent, les différents protagonistes se battent avec des armes blanches... Mais ce ne sont que des détails ! Et à l’inverse, il faut saluer le rendu de la Voix, cet étonnant pouvoir que permet d’acquérir l’entraînement Bene Gesserit, qui avait été quelque peu détourné par le film de 1984...



Documents joints

MPEG4 - 12.9 Mo
MPEG4 - 12.9 Mo

Agenda

<<

2021

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite