Ad Asttra -- Votre note ?


Ad Asttra

James Gray
lundi 28 octobre 2019
par Didier GIRAUD
popularité : 8%

Dans un avenir proche dans lequel l’homme commence à peine à coloniser le système solaire, des catastrophes électro-magnétiques causent des ravages sur terre. Leur origine semblent se situer aux environs de Neptune, où une mission de recherche d’une vie extra-errestre, dénommée Projet Lima, s’était rendue 16 ans avant, sous la direction de Clifford McBride. SpaceCom décide de faire appel à son fils, Roy McBride, pour tenter de prendre contact avec d’éventuels survivants du projet Lima. Roy, un astronaute exemplaire, va peu à peu découvrir les secrets qui se cachant derrière sa mission...

Brad Pitt est un acteur excellent qui ne cesse de s’affirmer et de confirmer son talent, et cela se vérifie une nouvelle fois dans ce film...

Malheureusement, le film lui-même est une forme d’escroquerie, quand on le ramène à sa bande annonce. Car s’il est question de la recherche d’une vie extra-terrestre, il ne s’agit que d’un artifice marketing, d’un élément d’un scénario beaucoup plus terre à terre, très éloigné de ce qu’on considère habituellement comme de la SF.

JPEG - 44.3 ko

En effet, même si le film de James Gray se déroule dans l’avenir et dans l’espace, Ad Astra est avant tout une sorte de thriller psychologique, bien plus qu’un film de SF, avec un côté hyper-réaliste dans la veine d’un Gravity ou d’un Seul Sur Mars.

On en veut pour preuve les nombreuses évaluations psychologiques auxquelles le "héros" doit se soumettre à intervalles réguliers, son absence d’émotions au début du film, qui fait de lui un astronaute modèle tout en le rendant dangereusement proche d’un sociopathe, et bien évidemment le traumatisme subi par ce qu’il a vécu dans son enfance comme un abandon de la part de son père, renforcé par une séparation avec la femme qu’il aimait.

JPEG - 27.4 ko

Décrit comme une sorte de superman aux nerfs d’acier au début du film, le personnage incarné par Brad Pitt laisse donc peu à peu apparaitre ses failles... mais lentement ! Car James Gray prend tout son temps, un peu trop sans doute, pour arriver péniblement au bout d’un scénario un peu bancal.

On se croirait par moments dans 2001 L’Odyssée de l’Espace, tant le réalisateur fait preuve de lenteur... Mais sans le talent de Kubrick et sans le scénario inspiré d’Arthur C. Clarke, hélas.

Le film n’est pas inintéressant, loin de là. L’amateur de SF ne manquera pas d’apprécier son réalisme, peut être même un certain message qui tendrait à démontrer que l’homme n’est vraiment pas fait pour aller dans l’espace coloniser d’autres planètes. De ce point de vue là, Ad Astra s’avère assez déprimant... car si, pour aller dans l’espace, il faut se montrer aussi dénué d’émotions que le personnage principal (du moins au début du film)... ça ne donne pas envie !

JPEG - 20.5 ko

Malheureusement, le film présente un certain nombre de défauts rédhibitoires, en particulier un scénario défaillant. Il faudrait nous expliquer l’intérêt de la scène de l’attaque du singe de laboratoire, par exemple, qui tombe comme un cheveux sur la soupe et n’apporte rien, tout comme la poursuite (assez originale cela dit) entre rovers lunaires, si ce n’est peut être de gagner les minutes nécessaires pour atteindre la durée de deux heures qui est aujourd’hui la norme. Que dire aussi de l’ellipse qui zappe totalement le voyage de retour du héros, de plus de 4 milliards de kilomètres tout de même , surtout après avoir vu la difficulté du voyage accompli à l’aller ? Sans parler du fait qu’une fois arrivé sur Terre, il semble être encore presque en état de marcher, après tout ce temps passé en gravité zéro...

JPEG - 39.6 ko

Et pire de tout, c’est sans doute cette happy end totalement improbable... alors que le film aurait été tellement plus fort sans cette fin stupide, alors qu’il aurait été tellement plus logique, et d’une certaine manière plus moral (après tout, le "héros" a été, comme son père, responsable de la mort de son équipage !), que les deux Mcbride trouvent la mort en sauvant notre planète... Mais James Gray fait partie des réalisateurs qui ont "la carte" et la critique lui a pardonné tout cela. Et Brad Pitt étant pour l’instant encore un acteur intouchable (excellent, il faut bien l’avouer, en dépit de ses choix récents de films décevants), qui plus est accompagné de Tommy Lee Jones, de Liv Tyler et de l’inusable Donald Sutherland, tout sera fait pour présenter cet Ad Astra comme un chef d’oeuvre de la SF. Mais en réalité, on en est loin, très loin... presque aussi loin que Neptune l’est de la Terre !

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne



Documents joints

MPEG4 - 30 Mo
MPEG4 - 30 Mo

Agenda

<<

2019

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite