Loup-Garou / Lycanthrope -- Votre note ?
8 votes


Loup-Garou / Lycanthrope

samedi 11 septembre 2010
par Didier Giraud
popularité : 7%

Historiquement, on retrouve le mythe du loup-garou pratiquement partout, à différentes époques. On en retrouve même dans l’antiquité. Comme pour le mythe du vampire, on peut penser que certaines maladies rares pourraient en être à l’origine : la rage et l’hypertrichose (pilosité excessive) peuvent avoir donné naissance à cette image d’un homme-loup, se déplaçant sur ses pattes arrières. Et même si nos grand-mères conseillaient aux jeunes filles de couper leurs cheveux à la pleine lune, il est plus difficile d’expliquer ce lien entre cette phase astronomique et les loups-garous...

On ne trouve pas en littérature de véritable roman fondateur du mythe moderne du loup-garou, à la différence par exemple du vampire avec Dracula. Le plus proche, dans l’esprit, qu’on puisse trouver est sans doute L’Etrange Cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde, de Robert Louis Stevenson. Car dans les deux, c’est à la dualité en l’être humain civilisé et sa partie animale, cruelle, sauvage et primaire que l’on affaire. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : la lutte entre le bien et le mal, dans l’esprit d’un même individu.

Ce n’est pas pour autant que la littérature a délaissé les loups-garous, mais on peut s’étonner qu’il n’ait pas eu une place plus importante. Il est vrai toutefois, au regard des dernières versions littéraires du vampire, que le loup-garou ne présente pas le même potentiel de romantisme, de sensualité et d’érotisme... Et il est vrai aussi que le vampire est souvent décrit comme un être sophistiqué, alors que le loup-garou n’est généralement qu’une bête sauvage !

Même Stephen King, qui au début de sa carrière a exploré l’ensemble des thèmes classiques du fantastique, n’a abordé le loup-garou qu’au travers d’un scénario, celui du film Peur Bleue, sans en faire un roman. Toutefois, le personnage de Wolf dans Le Talisman, co-écrit avec Peter Straub, était de loin le plus sympatique ! Et on n’en trouve (à ma connaissance, mais si je me trompe vous pouvez intervenir en répondant ci dessous) ni chez Dean Koontz, ni chez Graham Masterton, ni chez James Herbert !

Seule exception notable : L’Heure du Loup-Garou, de Robert McCammon, qui nous montre un espion loup-garou combattant les nazis pendant la seconde guerre mondiale !

On retrouve évidemment quelques loups-garous dans les comics, notamment chez Marvel, mais on sent bien qu’il s’agit d’une sorte d’exercice obligé, qui ne rencontre d’ailleurs guère de succès. Rien à signaler non plus du côté du jeu vidéo, où quelques loups-garous font de temps en temps une apparition, comme pour pallier le manque d’imagination des éditeurs en matière de monstres...

C’est donc au cinéma qu’on va trouver les variations les plus intéressantes (comme les plus inintéressantes) sur ce thème.

Le premier film marquant du genre est The Wolf Man, de George Waggner, sorti en 1941 (dont un remake est sorti en 2010), qui nous montrait un homme tentant de vaincre la malédiction pour redevenir normal.

Ont suivi ensuite bon nombre de films dont le titre est à lui seul tout un programme : Frankenstein Rencontre le Loup-Garou, La Fille du Loup-Garou, I Was a Teenage Werewolf et même des comédies dans la grande tradition burlesque américaine, avec les Trois Stooges ainsi Qu’Abbott et Costello ! Il faut attendre 1961 pour voir le premier (et quasiment le seul) film de la Hammer, La Nuit du Loup-Garou, de Terence Fisher. Puis, à partir des années 70, c’est au tour du cinéma espagnol d’aborder le thème du loup-garou, au travers d’une véritable saga de 12 films, autour du personnage de Waldemar Daninsky (avec des titres qui, curieusement, font généralement référence aux vampires) !

En 1981, 3 films très différents les uns des autres redonnent un coup de jeune au thème du loup-garou : Hurlements de Joe Dante pour ce qui est de l’horreur, Le Loup-Garou de Londres de John Landis dans la catégorie comédie et Wolfen de Michael Wadleigh, qui explore davantage la dimension fantastique, voire écologique, faisant du loup (garou ou pas) le bras armé d’une nature qui veut se venger de l’homme.

A partir de là, tout s’accélère et les réalisateurs n’ont de cesse d’explorer les différentes facettes du loup-garou : l’univers des contes avec La Compagnie des Loups de Neil Jordan en 1984, la Fantasy avec Ladyhawke de Richard Donner en 1985, le côté animal avec Wolf de Mike Nichols en 1994 (avec Jack Nicholson), avant de se heurter aux vampires dans la saga Underworld, avant qu’on découvre dans Skinwalkers qu’il y a de bons loups-garou et de méchants loups-garous... A côté de tout cela, un film comme Dog Soldiers en 2002 ou Cursed de Wes Craven en 2005 semblent presque trop classique !

Mais désormais, les loups-garous sont partout et à toutes les sauces. C’est ainsi que Van Helsing se transforme en loup-garou pour affronter Dracula, qu’un Loup-Garou officie comme professeur de défense contre les forces du mal dans l’école des sorciers d’Harry Potter- et le Prisonnier d’Azkaban... qu’on trouve un loup-garou dans le Cirque du Freak (L’Assistant du Vampire) et qu’un loup-garou au physique avantageux vient perturber la romance entre Bella et Edward dans la saga Twilight !

On n’arrête pas Hollywood... mais le Loup-garou est désormais sorti de son antre pour devenir une créature fantastique de premier plan ... qui ne fait plus peur à personne depuis qu’il a investi la littréature et le cinéma pour la jeunesse !



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2019

>>

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite