Mars -- Votre note ?


Mars

dimanche 5 août 2012
par giraud
popularité : 3%

S’il y a une planète qui symbolise la SF, c’est bien Mars. Dans l’inconscient collectif, tous les petits hommes verts viennent en effet de la planète rouge ! Et on a toujours eu coutume, depuis qu’on en parle, de les appeller "martiens". Cela dit, si on se réfère à la littérature et au cinéma, ce n’est guère étonnant...

Depuis que l’astronomie existe, la planète Mars a toujours fasciné les hommes. Nommée d’après le dieu romain de la guerre, son symbole est aussi celui du sexe masculin (d’où sans doute l’idée que les hommes viennent de mars...) et on a longtemps cru qu’une civilisation y vivait ou y avait vécu, du fait de la prétendue existence de canaux à sa surface.

Mais les légendes ont la vie dure et ceux qui ont vu les premières images du film Mon Martien Favori se souviennent sans doute de cette sonde très semblable à Curiosity qui explorait la surface aride et désertique de mars, faisant demi-tour au bout d’un cratère... sans s’apercevoir que juste derrière se déroulait une méga-teuf dans une ville martienne ! Espérons que la véritable Curiosity aura plus de chance...

L’idée d’une vie sur Mars est presque aussi vieille que la SF. C’est le père de Tarzan, Edgar Rice Burroughs qui, le premier, a fait de Mars le lieu privilégié des aventures de John Carter, récemment adapté au cinéma ( adaptation qui, curieusement, s’est révélée un désastre financier pour Disney alors que le film était excellent).

Autre glorieux ancien, Herbert George Wells a lui aussi placé sur Mars ses envahisseurs de La Guerre Des Mondes, un roman lui aussi adapté au cinéma, par Byron Haskin dans un premier temps, puis par Steven Spielberg.

D’autres ont suivi et on ne compte plus les films de SF de série B dans les années 50 et 60 qui nous proposaient des invasions de martiens plus ou moins improbables, comme The Angry Red Planet ou Les Envahisseurs De La Planète Rouge... à tel point que lorsque Tim Burton a voulu à la fois rendre hommage et parodier le cinéma de cette époque, il a choisi pour titre Mars Attacks ! La seule exception notable, à cette époque, fut le surprenant et remarquable (mais hélas oublié...) Robinson Crusoe Sur Mars.

Mais alors que les martiens étaient généralement considérés comme martiaux (et hostiles)... Ray Bradbury a renversé le point de vue habituel et les a imaginé, dans ses Chroniques Martiennes, bien plus sages et en voie de disparition, face à une humanité qui venait les envahir.

Puis, lorsqu’il s’est avéré, preuves à l’appui, qu’il n’y a avait pas (ou plus) de vie intelligente sur mars, la littérature et le cinéma ont abordé le thème sous un angle différent. Mars est alors devenu l’avenir de l’homme. Car si les conditions de vie sur Mars sont rudes (température de -60°, atmosphère irrespirable), elles ne semblent pas constituer un obstacle infranchissable à la colonisation à long terme de la planète, lorsque nous aurons définitivement ruiné la nôtre !

Deux solutions se présentent à nous : adapter l’homme à Mars, comme l’a proposé Frederik Pohl dans son excellent roman Homme-Plus (prix Nebula en 1976) ou adapter Mars à l’homme. Ce thème de la terraformation est évidemment celui qui a été retenu par la plupart des écrivains et réalisateurs.

Du coup, c’est le courant "hard science" de la SF qui s’est emparé du sujet avec notamment Kim Stanley Robinson et sa trilogie de Mars (Mars La Rouge, Mars La verte, Mars La Bleue), maintes fois primée (un prix Nebula, deux prix Hugo), mais aussi Ben Bova avec Mars et Retour Sur Mars, deux romans fascinants dans lequel l’auteur prédit (on saura peut -être bientôt s’il avait raison) la découverte de vie sur mars. Il n’y a plus guère que Dan Simmons pour imaginer dans Ilium et Olympos que dans un lointain futur, les dieux du panthéon grec pourraient vivre en haut du mont Olympe (ce fameux volcan haut comme trois fois l’Everest), sur Mars !

Mais alors que les écrivains livraient quelques uns de leurs meilleurs romans en s’inspirant de la planète rouge, on ne pouvait hélas pas en dire autant des réalisateurs de cinéma, qu’il s’agisse du célèbre Brian De Palma avec Mission To Mars (une pitoyable tentative de SF prétentieuse) ou de l’inconnu Anthony Hoffman avec Planète Rouge (banal film d’aventures spatiales).

Heureusement, il y a deux exceptions : le fameux Total Recall de Paul Verhoeven (dont on attend le remake), dans lequel Arnold Schwarzenegger finissait par relancer une gigantesque machinerie inventée par les martiens pour redonner vie à leur planète... et John Carter, qui n’aura peut être pas rempli les salles, mais qui aura fait rêver les nostalgiques de la SF débridée d’il y a un siècle !

Alors quoi que puisse nous révéler Curiosity (dont on peut voir les images sur le site de la NASA ) dans les jours et les mois qui viennent concernant Mars, on peut parier que la planète rouge a encore de beaux jours devant elle dans la SF !



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2019

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

publicite