Castle Rock -- Votre note ?


Castle Rock

Sam Shaw & Dustin Thomason
vendredi 29 mai 2020
par Didier GIRAUD
popularité : 7%

Peu de temps après le suicide du directeur d’une prison, on découvre dans les sous-sols de celle-ci un jeune homme enfermé dont personne ne connaît l’identité. Surnommé "le Kid", ce dernier ne parle pas si ce n’est pour citer le nom d’Henry Deaver, un avocat qui a grandi à Castle Rock. Contacté, Henry revient dans sa ville natale, là où lui même avait mystérieusement disparu pendant 11 jours avant d’être retrouvé et rendu responsable du décès de son père, apparemment mort de froid alors qu’il recherchait Henry. Il y retrouve sa mère adoptive, atteinte d’une forme de démence, qui vit désormais l’ancien Sheriff Alan Pangborn...

Tous les fans de Stephen King connaissent Castle Rock, cette ville (imaginaire, comme celle de Derry) dans laquelle se déroulent notamment Dead Zone, Cujo, La Part des Ténèbres et Bazaar, sans parler de nombreuses nouvelles et d’autres romans où la ville est citée, étant censée se situer à proximité du lieu où se déroule l’action (comme par exemple Chester’s Mill dans Dôme). Les mêmes fans se souviennent également d’Alan Pangborn, le sheriff qu’on retrouvait dans approximativement les mêmes romans et nouvelles.

JPEG - 36.2 ko

Cela n’a rien d’étonnant car Stephen King et J.J. Abrams ont voulu truffer la série de références aux textes du maître de l’horreur. Le générique de la série annonce d’ailleurs clairement la couleur, puisqu’on y retrouve des éléments biens connus de Ca, de Shining, de Misery, de Cujo, Dôme, Salem ou encore la Ligne Verte. Et la première scène du premier épisode donne le ton avec une référence aux fameux* film Les Evadés (tiré d’une autre nouvelle de King), au travers du suicide du directeur de la célèbre prison de Shawshank. Même le casting était lui-même une référence puisque la mère du personnage principal est interprétée par Sissy Spacek, qui n’est autre que l’actrice qui a incarné Carrie dans le fameux Carrie Au Bal Du Diable de Brian de Palma !

Tout cela était donc plus que prometteur... Malheureusement, comme d’autres séries tirées de l’œuvre de Stephen King, celle-ci supporte mal le passage au petit écran.

JPEG - 65.2 ko

S’agirait-il d’une malédiction ? Autant les romans et nouvelles de Stephen King ont fait leurs preuves sur grand écran, au travers d’un certain nombre de films qu’on peut qualifier de chefs d’œuvres (et d’un grand nombre d’autres très bons films), autant le format de la série semble ne pas convenir du tout à l’adaptation des mêmes textes, ni comme source d’inspiration pour des scénarios tirés de l’univers de King.

Dôme (la série) était d’une platitude sans nom comparée à son équivalent littéraire. Les Mystères de Haven, de même que Dead Zone, ne présentaient pas non plus un intérêt majeur (même si elles ont connu un certain succès, justifiant leur renouvellement pour plusieurs saisons). Et malheureusement, ce Castle Rock ne fait pas exception à la règle (du moins dans sa première saison), en dépit de l’ambition du projet.

JPEG - 53.9 ko

Réalisation soignée (la photographie est remarquable), casting bien ficelé, avec Sissy Spacek, donc, mais aussi Bill Skarsgard, inquiétant à souhait (et qui n’est autre que le clown Grippe-sou des deux récents Ca) et bien entendu Scott Glenn dans le rôle d’Alan Pangborn, références en pagaille pour les fans de Stephen King... mais la mayonnaise ne prend pas. La faute, sans doute, à un scénario alambiqué qui part un peu dans toutes les directions, entre l’univers classique de King (une jeune fille dotée de pouvoirs qui rappellent le Shining, des personnages au passé mystérieux (le Kid, mais aussi Henry Deaver lui-même), et une SF qui lorgne vers Fringe (merci J.J. Abrams ?) et dont on se demande ce qu’elle vient faire là... La faute aussi à un manque affligeant de rythme, qui donnent l’impression que la saison compte une vingtaine d’épisodes au lieu de 10 ! Quant à l’acteur principal, même s’il est loin d’être mauvais, il manque singulièrement de charisme...

Vous l’aurez compris, Castle Rock n’est pas du tout à la hauteur des espérances qu’on avait pu légitimement placer dans cette série pourtant bien née, avec deux parents aussi prestigieux. Mais parfois, se reposer sur ses lauriers ne suffit pas...

Cliquer ici pour commander le Blu-ray ou le DVD sur Amazon

Infos sur l’achat en ligne


* fameux car Les Evadés est désormais en première place du classement des meilleurs films de l’IMDB (Intenet Movie DataBase), après avoir détrôné Le Parrain !



Documents joints

MPEG4 - 9.9 Mo
MPEG4 - 9.9 Mo

Agenda

<<

2020

>>

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

24 décembre 2009 - Disney + Alice + Burton = ???

Une adaptation revue et corrigée à la sauce Tim Burton reprenant pour partie le visuel de (...)

28 octobre 2009 - Mad Max 4 Fury Road : enfin !

Les fans l’attendaient depuis la fin des années 1990, toutes les rumeurs circulaient, (...)

27 octobre 2009 - Star Trek : le DVD et le Blu-Ray sont sortis !

Comment vous convaincre que ce Star Trek vous étonnera, même si vous n’êtes pas fan ? (...)

20 novembre 2008 - C’est bientôt Noël ... et le DVD d’Indiana Jones 4 va sortir. Ca tombe bien, non ?

Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal, ça fait partie de ces spectacles que vous (...)

13 mars 2008 - La Quatrième Dimension est de retour !

La fameuse série TV de Rod Serling revient, cette fois sous blister dans les kiosques à (...)

publicite